Le 8 décembre à Tournus, une belle fête populaire et pourtant …

Le 8 décembre tombant  cette année un dimanche, le succès a été au rendez-vous . Ce sont des milliers de personnes, tournusiens et visiteurs des environs, qui ont déambulé dans la rue principale où de nombreux stands les attendaient, tenus par les bénévoles d’associations  tournusiennes diverses.

 

Vers 20h, la foule était si dense qu’il était difficile de se mouvoir  autour de la place de l’Hôtel de Ville.

 

Et pourtant…

Pourtant, en déambulant dans la rue, on regrettait de constater que de nombreuses vitrines étaient restées  sombres, hors de la lumière, hors de la fête des lumières. Bien sûr, parmi ces vitrines, nombreuses sont celles de magasins définitivement fermés, qui, telle la lèpre, inscrivent doucement mais surement les cicatrices d’une désertification commerciale en marche. Mais ce serait aller beaucoup trop vite en besogne que de penser que la crise est la seule responsable de ces zones d’ombre dans la rue. Il reste des magasins actifs,  ouverts régulièrement et  bien achalandés

 

Alors pourquoi ?

Pourquoi  manquer cette occasion de participer à la fête qui, avant d’être celle des associations dans la rue, est bien la fête des lumières ? Pourquoi manquer ce train en marche qui pourrait faire de cette rue, un soir, grâce à l’effort de tous,  la vraie rue de la lumière ?  Pourquoi  rater cette occasion de faire remarquer sa boutique, son magasin, les produits de fêtes, les idées de cadeaux qui ne manqueront pas de se distribuer, peu ou prou, en 2013 comme  dans les années précédentes ?

Oui, mais me direz-vous, plus rien n’est comme avant, les gens vont faire leurs courses en ville, dans les grands magasins et  ne viennent plus  dans le centre de Tournus. C’est vrai, les habitudes changent, mais est-ce une raison pour tout abandonner, pour renoncer à  décorer sa vitrine quand on a la chance d’être sur cet axe où les tournusiens  se rassemblent dans la fête, oubliant un instant autour d’un verre de vin chaud, d’une gaufre ou d’une soupe, leurs soucis quotidiens.

 

Des témoignages de promeneurs qui ont choisi Chalon sur Saône sont à prendre en compte : les illuminations à Chalon sur Saône étaient  remarquables et inhabituellement fréquentées.

D’autres récits venant de Lyon racontent des magasins éblouissants, des églises ouvertes et illuminées, des prêtres ou des laïcs accueillant les visiteurs, pas tous fidèles mais suffisamment curieux pour  pénétrant dans les sanctuaires de lumière.

 

Nous devons être sur nos gardes si nous voulons qu’à Tournus, le 8 décembre, les gens aient envie, encore très longtemps, de se balader dans les rues, de passer un bon moment entre lumières, vitrines et vin chaud. Nous devons être sur nos gardes, commerçants,  acteurs et animateurs de la cité, si nous voulons encore que les tournusiens  soient encore fiers de leur ville et en parlent autour d’eux.

 

Mais soyons positifs et, en ces périodes de fêtes, voyons  le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, ou  la vitrine en lumière plutôt que la tristesse des ténèbres. 

 

Bravo à ceux qui, solidairement et courageusement, ont décoré et éclairé leur vitrine !

 

Bernard Derain

 

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Gibaud Edwige (vendredi, 24 janvier 2014 11:37)

    Je suis à la fois d'accord et stupéfaite par ce message.
    Depuis quand faut-il se défouler sur les commerçants à ce point ? Mais quelque part tant mieux ! il faut croire que tout ce qui passe, bon ou mauvais est de notre faute ? la conclusion est : la ville vit grâce aux commerçants ! et non pas grâce à l'animation des "administrations" et associations diverses en charge de ce travail ? Vitrine éteinte égale fête ratée !!! il ne faut pas éxagérer tout de même.
    C'est grave, car je suis désolée, mais ce n'est pas notre travail. C'est le travail du Comité des fêtes, dont le 8 décembre est la seule animation (1 fois dans l'année, quel exploit !) où l'on esquisse quelques choses chez eux !!! C'est le travail de la Mairie de "booster" les troupes ...ah mince !!! il n'y a aucun service dont c'est le travail, aucun correspondant connu par nous, pas de commucation, pas de service "marketing" !!!
    D'un autre côté je suis d'accord avec vous pour dire que si on allume pas nos vitrines quand il y a des centaines peut-être des milliers de personnes dans la rue, alors évidemment on a rien compris, c'est sûr.
    Mais de là à dire que si le 8 décembre s'éteint un jour, ce qui est loin d'être le cas je crois, c'est de la faute des vitrines éteintes ! soyons sérieux !
    Que l'on soit envieux de Châlon ou de Lyon car il y a plus de monde, quelle découverte ! ce n'est pas la peine de le dire aux commerçants nous le vivons aussi les 364 autres jours de l'année !
    Et puis de toute façon moi j'ai une autre version ; j'ai vécu 10 ans à Lyon. Le 8 décembre à Lyon c'est l'horreur. Trop de monde, impossible de circuler à pied, en voiture, métro bondé ! et en plus soyons concret, il n'y a rien à faire ! ok on voit de beaux jeux de lumières sur les bâtiments (ce ne sont pas les commerçants qui les financent...) on visite Fourvière, ok.
    Mais à Tournus c'est 10 fois mieux, on connait tout le monde, on papotte, on boit, on mange, on rigole bien, on passe un bon moment. Si vous voulez organiser la même fête des Lumières que à Lyon, attention, ce n'est pas la même chose, là, oui, vous éteindrez notre 8 décembre Tournusien, enfin à mon avis.
    Edwige Gibaud, La Marchande de Laine.
    PS : je découvre seulement aujourd'hui l'exitence de votre site "Espace pro" ce qui explique cette réaction tardive.
    Et bien évidmmnt mes propos n'engage que moi. Merci.

  • #2

    tournustourismepro (jeudi, 30 janvier 2014 09:21)

    Bonjour Madame,

    Votre réaction me fait plaisir ! En effet, elle est aujourd'hui la seule qui puisse me prouver que notre site est bien visible. Elle me fait plaisir également car je la sens spontanée, directe et presque impulsive: c'est bien là toute sa valeur. Mon propos m'a pris plus de temps que votre réponse, je dois l'avouer.
    Elle me fait enfin plaisir parce que vous déclarez être d'abord d'accord et enfin stupéfaite !
    En tout premier lieu, je dois vous dire qu'il ne faut pas voir d'attaque de ma part et que je n'ai pas envie de me défouler sur les commerçants. Il n'y a évidemment aucun intérêt à cela et j'ai du respect pour le travail que vous faîtes, que je connais sous d'autres angles, que je sais difficile et quelquefois ingrat.
    Non, mon propos était plutôt sur le registre du regret, regret d'une occasion ratée ( et non pas d'un fête ratée ...) et regret d'un manque évident d'unité dans l'action d'animation du commerce par les commerçants.
    Je suis d'accord avec vous pour dire qu'il n'est pas dans votre fonction d'animer la cité, ce que vous faîtes pourtant en tenant vos boutiques ouvertes et par là, en attirant les chalands composé de la population locale et de touristes de passage en saison.
    Vos commerces, pour attirer l'attention, sont munis de vitrines que vous décorez, les uns et les autres, en développant des trésors d'imagination. Le problème est bien ensuite de rechercher ces badauds qui verront cette vitrine et qui l'admireront, et de générer ce besoin, cette envie d'un produit ou d'un service que vous proposez.
    Ce que je regrette tient en deux points ;
    - pourquoi, justement le jour où une part importante de la population locale circule en ville dans l'insouciance de la fête, vous ne ressentez pas le besoin de faire remarquer votre vitrine, vos produits ou vos services alors que justement la fête en est le prétexte ? Cela ne vous empêcherait nullement de profiter de celle-ci, de boire, rire et manger comme vous le dîtes. Il ne s'agit pas de tenir boutique ouverte ce soir là.
    - le deuxième point de regret tient au manque évident de concertation entre commerçants pour que la rue entière soit éclairée autour d'un thème, d'une couleur, d'une idée, que sais-je ? Ce serait la preuve d'une vraie solidarité entre commerçants, d'une vraie volonté d'oeuvre commune sous prétexte de la fête, un soir, un seul.

    je connais bien la difficulté de travailler ensemble, en respectant la personnalité de chacun et éventuellement ses susceptibilités. Il y a pourtant un immense intérêt à coordonner des actions collectives. Elles donnent une visibilité qu'aucune action individuelle ne peut égaler. Elle crée du lien et dynamise l'action de chacun en nous sortant de l'isolement de nos boutiques.Elle fait exister chacun dans un ensemble sans lequel aucun ne pourra tenir.
    Comme vous le dîtes à la fin de votre propos, ceux-ci n'engagent que moi , mais je tenais à les replacer dans leur contexte.
    Loin de moi l'idée de faire de Lyon le modèle unique, mais il y a encore de la marge ! Je n'ai pas envie d'éteindre le 8 décembre à Tournus, mais bien au contraire de voir s'allumer les lumières de toutes les boutiques pour en montrer la vitalité.
    Bonne soirée à Vous et que 2014 soit l'année de l'unité et de la lumière.

    Bernard Derain, président de l'OT

  • #3

    sekstelefon (mardi, 29 novembre 2016 23:27)

    nieodessanie

  • #4

    love spell (jeudi, 01 décembre 2016 00:54)

    zrośliśmy

  • #5

    urok miłosny (mardi, 13 décembre 2016 17:57)

    installs

  • #6

    psychics (jeudi, 29 décembre 2016 15:22)

    esau

  • #7

    studentki seks (lundi, 04 septembre 2017 15:33)

    wydoroślawszy

Site grand public

Vos contacts privilégiés

Priscilla DUBUIS

Responsable de la structure

               Commercial

Mathilde NIEUL

En charge de l'oenotourisme et du cyclotourisme

 

Amélie DOIN

Accueil

Commercialisation

Guidage

Karine MARICHY

Accueil

Démarche Qualité

Guidage

Emilie BRISET

Accueil

TourismeHandicap

Guidage

Restez connectés !

Groupe Facebook des Acteurs du Tourisme du Mâconnais                             Tournugeois

Office de Tourisme

2 place de l'Abbaye

71700 TOURNUS

Tél. 03 85 27 00 20

Fax : 03 85 27 00 21

 

Bureau de Fleurville

RD 906

71260 FLEURVILLE

Tél. 03 85 32 97 38

 

Le Président et les salariées de l'Office de Tourisme